Centre Dramatique National
Toulouse Occitanie
 
Newsletter / 24 mars 2020

© Marie Guillard

Cher.e.s spectateur.rice.s,

Comme vous le savez, c’est dans la précipitation et avec beaucoup de tristesse que nous avons dû annuler l’ensemble des spectacles à venir (pour le moment, jusqu’au 4 avril) suite aux décisions gouvernementales et sanitaires. De la même manière, les rencontres publiques, interventions artistiques et projets menés avec nos partenaires scolaires, universitaires et associatifs sont suspendus pour l’instant. Le ThéâtredelaCité, le restaurant Chéri Chéri et les HallesdelaCité sont aussi fermés jusqu’à nouvel ordre. Quant à nous, équipe du ThéâtredelaCité en télétravail, nous essayons de gérer jour après jour les changements et informations, tout en préparant la rentrée prochaine (en espérant qu’elle vous plaira) depuis nos maisons respectives.

Concernant les modalités de report ou de remboursement de vos billets, nous ne sommes malheureusement pas encore en mesure de vous donner plus d’informations, mais nous vous tiendrons informés aussi vite que possible. Vous pouvez, si besoin, joindre l’accueil du théâtre (en télétravail) les après-midis du mardi au vendredi au 05 34 45 05 05 ou par mail accueil@theatre-cite.com

On se donne rendez-vous dès maintenant sur nos réseaux sociaux, mi-avril pour la prochaine newsletter, et nous vous invitons à lire dès à présent le message que vous adresse Galin Stoev depuis son appartement à Toulouse.

Prenez soin de vous, restez chez vous !

 

Un petit mot de Galin Stoev, artiste-directeur

Je suis resté silencieux pendant un certain temps parce que j’avais du mal à trouver des repères dans cette situation nouvelle et parce que je n’avais pas de vision suffisamment perspicace ou une résolution intéressante à apporter. Surtout quand tout le monde fait des efforts incroyables pour rester connecté tout en sachant que le courant a été coupé.

Je fais le constat que l’art se trouve dans une suspension intellectuelle et dans un silence profond que la sensibilité de chacun traduit différemment, en commençant par faire du bruit pour l’étouffer ou bien en plongeant dans la fuite pour l’apprivoiser. Chacun a ses stratégies. Je me suis demandé si quelqu’un avait lu ou entendu récemment une nouvelle qui ne soit pas liée au Coronavirus. En quelques jours seulement, la planète entière a été inondée par ce sujet avec des chiffres alarmants de contaminés et de morts. Il s’agit ici d’un des visages les plus effrayants de la Globalisation. Comme si l’idée du libre-échange de personnes, de marchandises et de capitaux avait révélé sa face pervertie dans l’image d’un virus invisible à l’œil nu, mais qui en quelques jours a réussi à bloquer tous nos systèmes de communication en débranchant le câble et en envoyant chacun dans sa chambre.

Aujourd’hui, nous sommes confinés, seul ou bien avec nos proches, avec pour conséquence que chacun est obligé de rectifier son rapport intime au temps, à l’espace et au mouvement. Nous sommes forcés d’examiner notre rapport à la liberté, que nous prenons d’habitude pour acquis. Et il se trouve que c’est une liberté complexe (liée aussi bien au mouvement libre qu’à l’esclavagisme volontaire) qui délègue d’une manière consciente ou pas la responsabilité de nos choix aux hommes politiques, aux multinationales, au système financier ou bien aux algorithmes autogérés. Et tout cela avec pour seul but d’accumuler des profits.

L’actualité nous dépasse à tel point que la seule chose qui nous reste, c’est de chercher et appliquer une ou plusieurs grilles de lecture qui pourraient rendre tout cela compréhensible, tangible et surtout explicable. Car dans le cas contraire, on va sombrer dans la folie. Le problème advient quand des grilles de lecture opposées s’entrechoquent sur une zone réduite dans l’espace et dans le temps. Cela produit des tremblements de magnitudes variées qui vont sans doute réorganiser toutes nos installations et réactualiser notre disque dur. Ce qui va compter finalement ne sera pas le discours officiel mais le récit personnel que chacun de nous tissera en traversant cette expérience. Le confinement, inévitablement, nous dresse devant nous-même. C’est pour cela qu’il est important de le faire en conscience. Et la seule chose qui nous reste, c’est de vivre pleinement chaque instant, sans forcément penser à ce qu’on fera quand tout cela sera fini. Parce qu’il faut avoir le courage d’avouer que « tout cela », quelque part, sur un autre plan de conscience, continuera et ne finira peut-être jamais. Alors il est temps d’en extraire le meilleur.

Et quand tout cela sera fini, et quand, je l’espère, on se reverra de nouveau, il ne faut surtout pas oublier que nous ne serons plus les mêmes. L’expérience traversée avec ses peurs, ses pertes et ses joies nous aura changés pour toujours. Tout ce temps passé dans l’isolement, dans la cellophane, derrière les vitres et les gestes de distanciation sociale aura sans doute fait tomber d’autres barrières invisibles et indétectables. Peut-être aura-t-on appris à sentir et à considérer autrui différemment, à décoder ses peurs et ses espoirs autrement, et répondu à la question essentielle : sommes-nous prêts à partir, à quitter cette réalité, sans regrets qui nous retiendraient à cause d’une tâche inachevée ou d’une mission inaccomplie ?

Notre rapport au sens des choses, aussi bien que notre rapport au sens de la vie, pourrait peut-être changer radicalement. On aura peut-être ressenti avec tout notre être à quel point la cupidité du consumérisme devient empoisonnante quand on lui abandonne les commandes. On aura reformulé notre rapport au Tout, à la planète, à ses ressources et à ses nombreux habitants. On aura peut-être changé notre rapport au sens global de la création. Nos émotions auront évolué et seront peut-être devenues plus nobles, plus ancrées et plus intelligentes. Peut-être même que notre amour sera devenu autre. Dans tous les cas, nous devrons être tous ensemble en temps réel face à notre situation existentielle.

Exactement comme dans une salle de spectacle pendant une représentation, nous serons les co-créateurs du moment présent. Pourvu qu’on le fasse avec dignité et grâce.

Galin Stoev

Nos réseaux sociaux restent connectés !

Nous partagerons avec vous quelques clins d’œil des artistes de la saison et du théâtre, quelques images et retours sur la saison en cours !

Facebook @TheatredelaCiteCDN
Instagram @theatredelacite_cdn

#theatredelacite #ThéâtredelaCité

AtelierCité / recrutement 2020

Recrutement de l’AtelierCité, troupe éphémère du ThéâtredelaCité

Le recrutement 2020 est maintenu mais le calendrier est modifié :

Candidatures jusqu’au 30 avril

Auditions
– à Paris entre le 8 et le 13 juin
– à Toulouse entre le 15 et le 20 juin

Stage à Toulouse du 21 au 25 juin

ThéâtredelaCité – Centre Dramatique National Toulouse Occitanie
Artiste-directeur Galin Stoev

ThéâtredelaCité
1, rue Pierre Baudis – BP 50919
31000 Toulouse Cedex 6
05 34 45 05 05
theatre-cite.com

Facebook, Instagram, YouTube, Issuu

Licences spectacle 1-1109344, 2-1109345, 3-1109346

           
Si ce mail ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.
Pour ne plus recevoir cette newsletter, cliquez ici pour vous désabonner.