(…)
5 – 9 novembre 2019
 

De l’ombre aux étoiles

Texte, mise en scène, scénographie et costumes
Jonathan Châtel
Spectacle accompagné par le
ThéâtredelaCité

Représentations

Mar. 5 nov. 2019
20h00
Mer. 6 nov. 2019
20h00
Jeu. 7 nov. 2019
19h00
Ven. 8 nov. 2019
20h00
Sam. 9 nov. 2019
20h00
* Représentations scolaires

Distribution

Texte, mise en scène, scénographie et costumes
Jonathan Châtel
Spectacle accompagné par le
ThéâtredelaCité
Avec
Pierre Baux Johanna Hess Francesco Italiano Mireille Roussel Adrien Rouyard
Musique
Gabriel des Forêts
Lumières et régie générale
Michel Le Borgne
Dramaturgie
Sandrine Le Pors
Accessoiriste
Claire Saint-Blancat
Soutien à la réalisation des costumes
Nelly Geyres
Avec la complicité de
Guillaume des Forêts (astrophysicien) Matthieu Gounelle (cosmochimiste) Milana Terloeva (journaliste et militante des droits de l’Homme)
Réalisation du décor
Michaël Labat – Ateliers du ThéâtredelaCité sous la direction de Claude Gaillard

Production
Compagnie ELK

Coproduction
ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie, Théâtre du Nord – CDN Lille Tourcoing Hauts-de-France

Soutien Théâtre du Bois de l’Aune – Aix-en-Provence

Réalisé avec l’aide du Ministère de la Culture – DRAC Hauts-de-France, de la Région Hauts-de-France et du Département du Pas-de-Calais

Avec le dispositif d’insertion de l’ÉCOLE DU NORD, soutenu par la Région Hauts-de-France et le ministère de la Culture

Avec la participation artistique du Jeune théâtre national

Avec le soutien du CENTQUATRE-PARIS

Informations

Le CUB
Durée estimée 1h30

Saison 2019-2020
Création
Créations
Théâtre

Résumé

Dans un espace-temps indéterminé, Andreï, astrophysicien, vit en exil avec sa famille et ses assistants, dans un observatoire situé au sommet d’une montagne. Dévoué à l’étude des astres, il ne veut pas entendre le cri des hommes. Pourtant, en bas, une révolution gronde. Son fils Alexandre combat parmi les insurgés. Il est accompagné de sa compagne, Milana, une jeune collègue de son père qui a choisi de prendre les armes. Depuis plusieurs jours on est sans nouvelle.

Ezra – le frère d’Alexandre qui, lui, est resté – se sent paralysé par le regard de sa mère, Anja, qui idéalise son fils absent. Il mène un combat contre lui-même pour parvenir à composer une sonate impossible, inspirée par la « musique des étoiles » que son père est le seul à entendre. Milana, rescapée des affrontements, remet en cause sa foi dans la science et est hantée par les souvenirs des massacres qu’elle a vécu dans son enfance. Jonas, l’assistant mystérieux et loufoque d’Andreï, semble étranger à cette frénésie. Il confesse à Anja son rêve d’être happé par un trou noir pour disparaître sans laisser de trace, comme le théoricien des neutrinos Ettore Majorana. Progressivement, les mythologies personnelles et familiales se fissurent, les masques tombent et la nudité des visages apparaît.

Après Petit Eyolf et Andreas, Jonathan Châtel écrit une pièce qui prend pour point de départ Vers les étoiles de Leonid Andreïev pour explorer l’élan qui pousse des êtres humains à renoncer au bonheur terrestre pour leurs idéaux. Le metteur en scène scrute sur un mode sensible les contradictions inhérentes à l’engagement, qu’il soit politique, artistique ou amoureux. »