(…)
Journal
3 questions à…

Franck Loiret, directeur de La Cinémathèque de Toulouse

Publié le 17 novembre 2021

En tant que directeur de La Cinémathèque, quelle est votre sensibilité au spectacle vivant et, en particulier, au théâtre ?

Publié le 17 novembre 2021

Avec Huit heures ne font pas un jour, Julie Deliquet poursuit son travail d’adaptation d’œuvres cinématographiques au plateau. En choisissant cette mini-série
tournée pour la télévision allemande au début des années 1970 et méconnue en France, la metteuse en scène nous invite à redécouvrir Rainer Werner Fassbinder sous un nouveau jour : celui de l’espoir et de la joie !

Dossiers et reportages

DOSSIER : L’ATELIERCITÉ

Publié le 17 novembre 2021

Pendant le confinement, vous n’avez pas pu assister à la création du spectacle au CUB en décembre 2020, certain∙e∙s
d’entre vous ont eu la chance de découvrir son adaptation en plein air cet été. Vous pourrez être beaucoup plus nombreux∙ses à le voir au ThéâtredelaCité du 9 au 19 décembre puis en tournée de janvier à avril 2022 !

Dossiers et reportages

DOSSIER : L’ATELIERCITÉ

Publié le 17 novembre 2021

À 27 ans, il est le metteur en scène associé à l’AtelierCité, la troupe éphémère du ThéâtredelaCité installée dans les murs. Il partage avec ces comédien∙ne∙s en devenir l’enthousiasme des jeunes artistes auxquel∙le∙s on donne enfin carte blanche pour bâtir et montrer leur travail dans de bonnes conditions. Sorti récemment de l’école du TNS, Simon-Élie Galibert a choisi Thomas l’Obscur, roman incontournable de Maurice Blanchot comme porte d’entrée sur son univers et une histoire d’amour ratée comme point de départ…

Dossiers et reportages

DOSSIER : L’ATELIERCITÉ

Publié le 17 novembre 2021

Depuis deux ans, malgré les théâtres fermés et les publics confinés, l’AtelierCité, la troupe éphémère du ThéâtredelaCité, n’a pas chômé. De la création du Tartuffe à la tournée de Faustus à venir dans les lycées d’Occitanie, des toutes dernières créations Sans fins. et Chiot de garde aux seul∙e∙s en scène d’ancien∙ne∙s de l’AtelierCité (La Fugue, J’ai rêvé d’un cafard…), la variété des propositions qu’ils∙elles nous donnent à découvrir cette saison témoigne de la belle vitalité du dispositif.

Publié le 17 novembre 2021

La pandémie que nous traversons et ses conséquences en cascade dans les recoins les plus inattendus de nos vies ont mis en exergue bien des mutations à l’œuvre dans nos sociétés. Devoir redéfinir la place de chacun∙e dans un espace-temps si différent de celui qui pouvait paraître immuable constitue également une riche expérience collective. Des lignes bougent, d’autres s’affirment plus fort, d’autres encore tentent de survivre à leur propre mort. Le monde occidental tremble sur ses fondations. Ce n’est pas sa première révolution. Tout cela fait que les schèmes habituels de la pensée échouent à embrasser la complexité d’un temps où tout va plus vite. Idéologies politiques, structures sociales et même la toute-puissante économie vacillent sur leurs certitudes quand elles ne sont pas en faillite. Entre espoirs, fantasmes et craintes d’un hypothétique « monde d’après », comment penser le présent ?

Publié le 17 novembre 2021

Ils sont nombreux dans l’histoire du théâtre : érigés en mythes tels Roméo et Juliette sous les ors de toutes les scènes du monde ou, plus discrets et proches de nous, héros ténus d’histoires minces qui pourtant nous subjuguent, les gens qui s’aiment sont toujours un peu les mêmes comme dit la chanson de Sheller. En janvier en tous cas, ils voisineront librement dans les créations à l’affiche, entre la démesure de la Grande Histoire et le petit périmètre subtil de l’intime.

Le réel, alibi de Milo Rau

Publié le 17 novembre 2021

Comment faire exister une victime sur scène ? Avec six acteur∙rice∙s, professionnel∙le∙s et amateur∙ rice∙s, Milo Rau enquête sur le meurtre d’un jeune homme homosexuel violemment assassiné à Liège en avril 2012. À la recherche des émotions de base de l’expérience tragique, le metteur en scène tend vers des questionnements universels, en prenant comme point d’ancrage le cas tragique d’Ishane Jarfi : Comment se confronter à l’Histoire ? Comment peut-on représenter la violence sur scène ?
Après quatre ans d’attente et de rendez-vous manqués à cause de la fermeture des théâtres, nous sommes très heureux de pouvoir (enfin) recevoir Milo Rau et son équipe. Énorme succès présenté au Festival d’Avignon en 2018, La Reprise. Histoire(s) du théâtre (I) renouvelle le désir du metteur en scène suisse allemand de questionner les possibilités du théâtre face au réel. Cette mise en tension s’impose comme le fil rouge de l’ensemble de ses créations et prend le∙la spectateur∙rice à partie sur la représentation de drames bouleversants tels Five easy piece (2016) et Familie (2020). Fruit d’un travail collectif, la pièce de Milo Rau raconte la naissance d’une tragédie contemporaine et l’émergence d’une réflexion sur un art de théâtre essentiel : Qu’est-ce que l’émotion, la vérité, la présence, l’engagement artistique ?

Publié le 17 novembre 2021
Monsieur, Madame

Autant de publics que de spectacles

Publié le 17 novembre 2021

Comment donner envie aux gens de pousser la porte d’un imposant bâtiment tout de verre vêtu comme peut l’être le ThéâtredelaCité ? Comment démystifier sans relâche l’image du théâtre réservé aux initié∙e∙s ? Dès le hall, réchauffer les espaces, donner à chacun∙e l’assurance qu’il∙elle y est bienvenu∙e, faire coïncider la timidité vaincue et l’émotion d’une première découverte, le confort d’un fauteuil et la rencontre intime avec un spectacle, des grandes lignes de développement aux plus petits détails, tout ceci fait partie du rôle du service des publics.

1 2 7 8
Publié le 17 novembre 2021

BÉLIER
Tournant en rond dans ton bocal depuis trop longtemps, tu aspires à découvrir de nouveaux horizons. Tel L’Enfant Océan dans Ponyo sur la falaise, fuis les personnes qui veulent restreindre tes possibles et laisse-toi emporter par la première vague venue.

TAUREAU
Il y a quelques mois apparaissait le #MeTooThéâtre, pour poursuivre la nécessaire libération de la parole sur les violences de genre. Ce combat est loin d’être terminé et bien des secteurs restent toujours soumis à une certaine omerta. Quelle part prends-tu pour aider ces Guérillères à remettre en question ce patriarcat qui abîme tout le monde ?

GÉMEAUX
La saison du spleen a débuté ! L’occasion de vérifier ses archives. Plonge dans ta bibliothèque de souvenirs et vérifies en l’état : depuis le temps que tu n’as pas eu de réminiscence de l’extrait Nostalgie 2175, ils pourraient avoir besoin d’être restaurés.

CANCER
À l’image d’un Cupidon lançant des flèches d’amour, tu seras, ce trimestre, une sorte de guimauve en armure avec un arc répandant de La Tendresse. Gageons que tu tireras plus vite que ton ombre pour terrasser les contrariétés et lever une armée de joie.

LION
Assurément, ces prochaines semaines ne seront pas extraordinaires. C’est comme si tu étais coincé∙e sur un long tire-fesse sur Les hauts plateaux enneigés. Tu es obligé∙e d’avancer, la sensation n’est pas agréable, le froid te mord mais, heureusement, à l’arrivée, il y a la perspective d’une grande exaltation. Tiens bon !

VIERGE
Depuis que tu as regardé un reportage sur l’histoire suisse, une question t’obsède : que se serait-il passé si Guillaume Tell avait raté la pomme et touché son fils ? Sans doute aurait-il fini dans une Kliniken. Quelle cible ne devras-tu pas manquer ces prochaines semaines pour ne pas vaciller ?

BALANCE
On n’est pas sérieux quand on a 17 ans, dit le poète ; mais il n’est pas forcé de l’être en vieillissant. Cet hiver précipite-toi dans les cafés tapageurs aux lustres éclatants, commande des bocks ou de la limonade et organise La Fugue qui te fera retrouver l’odeur des tilleuls verts sur la promenade.

SCORPION
Il te semble que la fin d’année a aussi mis un terme à ton épanouissement sentimental. Depuis tu vis le couple par procuration en observant les tragédies d’Antoine & Cléopâtre, la passion d’Amer M. & Colette B. ou les aventures de Bob l’éponge et Patrick l’étoile de mer. Mais qui a dit que deux était le chiffre le plus épanouissant pour une relation ?

SAGITTAIRE
En ce début d’année 2022, Mercure aiguise tes savoir-faire et t’invite à les partager. Qu’il s’agisse de la sculpture de bouchon de champagne, de La Reprise de chaussettes trouées ou de la fabrication de roulés à la cannelle, quel(s) talent(s) transmettras-tu à ton entourage ?

CAPRICORNE
Saturne t’épuise et t’acharne au travail. Avec les jours qui raccourcissent, tu as la cruelle impression de ne faire que ça de tes journées. Mais Huit heures ne font pas un jour : repars à la conquête de ce temps libre qui t’appartient, ré-invente tes nuits !

VERSEAU
Il semblerait que tu sois proche d’atteindre « l’effet miramar ». Ce moment où le froid et la grisaille te désespèrent tellement que tout souvenir d’été devient un eldorado, même cette plage bondée où tu avais dû composer avec des voisins insupportables. Réchauffe-toi (et relativise un peu) en regardant les photos de plage de Martin Parr.

POISSON
Avec l’élection présidentielle qui approche, les aboiements se multiplient dans le débat public. À force d’être cerné∙e par cette sinistre cacophonie, ton humanité pourrait vaciller. Prend garde à ne pas rejoindre la meute et devenir un de ces Chiots de garde.

POULPE-PANTHÈRE AILÉ
Envie de changer de signe ? C’est possible avec le Poulpe-panthère-ailé, le signe qui fait l’unanimité ! Puisque tu souhaites Désobéir aux lois de l’astrologie en attendant le sacre du printemps, fais de ce trimestre une danse impétueuse digne de Nijinska.