(…)
3 – 7 mars 2020
 

La Dame aux camélias

D'après le roman et la pièce de théâtre de
Alexandre Dumas Fils
Adaptation
Valérie Mréjen Arthur Nauzyciel Pierre-Alain Giraud
Mise en scène
Arthur Nauzyciel

Représentations

Mar. 3 mars 2020
20h30
Mer. 4 mars 2020
19h30
Jeu. 5 mars 2020
19h30
Ven. 6 mars 2020
20h30
Sam. 7 mars 2020
20h30
* Représentations scolaires

Distribution

D'après le roman et la pièce de théâtre de
Alexandre Dumas Fils
Adaptation
Valérie Mréjen Arthur Nauzyciel Pierre-Alain Giraud
Mise en scène
Arthur Nauzyciel
Avec
Pierre Baux Océane Caïraty Pascal Cervo Guillaume Costanza Marie-Sophie Ferdane Mounir Margoum Joana Preiss Hedi Zade
Assistant à la mise en scène
Julien Derivaz
Scénographie
Riccardo Hernandez
Lumière
Scott Zielinski
Réalisation, image et montage film
Pierre-Alain Giraud
Son
Xavier Jacquot
Costumes
José Lévy
Chorégraphie
Damien Jalet
Sculpture
Alain Burkarth
Photographie
Philippe Chancel
Assistante décor
Claire Deliso
Assistant réalisation
Aliocha Aallard
Assistante costumes
Marion Regnier
Régie générale
Tugdual Trémel
Régie son
Florent Dalmas Vassili Bertrand
Régie lumière
Christophe Delarue
Régie plateau
Antoine Giraud Roger Sylvain Saysana
Régie vidéo
Stéphane Pougnand
Habillage
Florence Messé

Production
Théâtre National de Bretagne.

Coproduction
Les Gémeaux – Scène nationale de Sceaux ; Théâtre National de Strasbourg ; Les Théâtres de la Ville de Luxembourg ; Comédie de Reims ; Le Parvis scène nationale Tarbes Pyrénées.

Avec le soutien de La Maison Louis Jouvet / ENSAD (École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier Languedoc Roussillon).

Remerciements
La sculpture présentée sur scène est inspirée de l’oeuvre Rocking Machine d’Herman Makkink, avec l’aimable autorisation de Julia Blackburn.

Spectacle créé du 26 septembre au 5 octobre 2018 au Théâtre National de Bretagne.

Informations

La Salle
2h45

Avertissement, ce spectacle contient des scènes de nudité.

Saison 2019-2020
Théâtre

Résumé

C’est le récit d’un drame amoureux, celui d’un jeune bourgeois Armand Duval, subjugué par la beauté de Marguerite Gautier, courtisane. C’est un récit hanté par ce qui a été, ce qui aurait pu être. Dans cet espace ambigu entre vérité et mensonge, réalité et illusion, Arthur Nauzyciel a souhaité mettre en scène La Dame aux camélias, pour en faire émerger des dimensions parfois masquées : la place de l’argent dans les rapports d’oppression et de soumission entre les hommes et les femmes ; la dimension triviale du dialogue derrière un langage fleuri et romantique ; comment une classe sociale, la bourgeoisie de l’époque (le Second Empire), a conçu pour ses propres divertissements cette machine infernale, la marchandisation du corps et en même temps sa moralisation. Où l’on retrouve un Dumas fils, au complexe roman familial, tour à tour défenseur des filles perdues et pourfendeur de la dissolution des mœurs. Par la force sensuelle et poétique de son écriture scénique, Arthur Nauzyciel ouvre ainsi des espaces pour donner voix aux absents, corps aux disparus.