(…)
14 – 30 mai 2021
 

Public actions : Private spaces

Zoom dans ton salon
Artiste principal
Luke George
En partenariat avec
théâtre Garonne Le Vent des Signes
Dans le cadre des
Prémices – La Biennale Internationale des Arts Vivants Toulouse Occitanie 2022

Représentations

Sam. 15 mai 2021
14h00
Dim. 16 mai 2021
14h00
Ven. 21 mai 2021
14h00
Sam. 22 mai 2021
14h00
Dim. 23 mai 2021
14h00
Ven. 28 mai 2021
14h00
Sam. 29 mai 2021
14h00
Dim. 30 mai 2021
14h00
Ven. 14 mai 2021
14h00
* Représentations scolaires

Distribution

Artiste principal
Luke George
En partenariat avec
théâtre Garonne Le Vent des Signes
Dans le cadre des
Prémices – La Biennale Internationale des Arts Vivants Toulouse Occitanie 2022
Vidéaste
Nick Roux
Concepteur du site web
Shaun Manyweathers
Conseillers en création/collaborateurs
7 artistes (en cours)
Producteur
Alison Halit

Les Prémices : des propositions en amont de La Biennale Internationale des Arts Vivants Toulouse Occitanie 2022

Informations

Réservation obligatoire auprès du théâtre Garonne
05 62 48 54 77

Jauge limitée

Durée estimée 30 minutes

Saison 2020-2021
Créé ici
Créé à Toulouse
Créé cette saison
La Biennale
Théâtre

Résumé

Et si nous pouvions inviter en toute sécurité un étranger dans notre intimité ? Imaginez un échange sur Zoom. Vous dans votre salon. Luke George dans le sien, à Melbourne, de l’autre côté de la planète. Pas de mots. Pas de visages. Pas de spectateurs. Juste vous deux, pendant trente minutes, partageant un petit rituel qui n’appartient qu’à vous. Luke George crée spécialement pour Toulouse cette performance participative pour explorer en votre compagnie la façon dont chacun, depuis le début de cette pandémie, met en scène son intimité et s’aventure dans celle des autres, en particulier des étrangers. Après plusieurs mois confinés dans nos espaces domestiques et éloignés les uns des autres, comment repenser les lieux dans lesquels nous vivons, comment les habiter et les partager ? Comment être à nouveau ensemble ?

Biographie

Luke George (lutruwita-Tasmanie, 1978) crée de nouvelles performances et des œuvres visuelles qui font appel à des méthodes audacieuses et parfois peu orthodoxes pour examiner la dynamique de l’intimité et de la collectivité, en créant des « espaces sûrs » qui permettent de prendre soin de soi et de prendre des risques. La sensibilité de Luke envers les positions de l’altérité est informée par la politique queer. Sa pratique artistique adopte une approche intersectionnelle, selon laquelle les gens ne sont ni singuliers ni isolés ; les corps différents peuvent se croiser, pratiquer l’écoute mutuelle, prendre la responsabilité d’eux-mêmes et des autres.