(…)
Mai 2019
 

Sous d’autres cieux

D’après l’
Énéide de Virgile
Libre adaptation
Maëlle Poésy Kevin Keiss
Traduction et écriture originale
Kevin Keiss
Mise en scène
Maëlle Poésy

Distribution

D’après l’
Énéide de Virgile
Libre adaptation
Maëlle Poésy Kevin Keiss
Traduction et écriture originale
Kevin Keiss
Mise en scène
Maëlle Poésy
Avec
Harrison Arevalo Genséric Coléno-Demeulenaere Rosabel Huguet Marc Lamigeon Roshanak Morrowatian Philippe Noël Roxane Palazotto Véronique Sacri
Avec les voix de
Jalal Altawil Romain Gneouchev Hatice Ozer
Dramaturgie
Kevin Keiss
Assistante mise en scène
Aurélie Droesch Du Cerceau
Scénographie
Damien Caille-Perret
Création lumière
César Godefroy
Création son
Samuel Favart-Mikcha en collaboration avec Alexandre Bellando
Création vidéo
Romain Tanguy
Création costumes
Camille Vallat assistée de Juliette Gaudel
Chorégraphie
Juan Kruz Diaz de Garaio Esnaola Roshanak Morrowatian Rosabel Huguet
Régie générale et construction décor
Géraud Breton
Administration
le petit bureau / Claire Guièze

Production
Compagnie Crossroad, coproduction Théâtre Dijon Bourgogne-CDN, ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie, Théâtre Gymnase-Bernardines, Marseille, Festival d’Avignon, Théâtre Anthéa-Antibes, Théâtre Liberté à Toulon, Scène nationale du Sud Aquitain – Bayonne, Extrapôle, La Piscine à Châtenay Malabry

La compagnie Crossroad est conventionnée par la DRAC Bourgogne Franche-Comté et par la Ville de Dijon, elle reçoit le soutien de la Région Bourgogne Franche-Comté. Maëlle Poésy est artiste associée au Théâtre Dijon Bourgogne, au ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie et au Théâtre Gymnase-Bernardines, Marseille

Informations

La Salle

Saison À venir
Création
Créations
Théâtre

Résumé

La fuite d’une cité en ruine, un périple fait de rencontres, de deuils, d’embûches, un parcours à tracer, une quête à poursuivre… Le voyage initiatique, l’exil, les questionnements autour de l’héritage , de l’identité sont autant de thèmes qui me sont chers d’explorer au fil des créations de la compagnie. En prenant comme point de départ de ce nouveau spectacle le poème de l’Énéide, j’ai eu envie de travailler autour de la question de l’exil et du souvenir, à partir de fragments du poème, en construisant une narration qui emprunte au fonctionnement même de la mémoire. Continuant ainsi une recherche entamée lors des précédentes créations, entre écriture scénique et écriture littéraire. Une recherche sensible et physique sur la question du rapport des exilés au voyage et à la mémoire de celui-ci. Je souhaite que le parcours d’Enée (pour le spectateur) se construise via ces strates de mémoire accumulées racontant tout à la fois, l’évolution et la transformation de l’identité d’une personne à travers le vécu de son voyage et la mémoire qu’il en garde. C’est cette identité en mutation, entre passé et présent qu’il m’intéresse d’explorer de façon sensible dans ce nouveau projet.
Maëlle Poésy

Note d'écriture / dramaturgie / traduction

Au départ de ce spectacle, il y a l’envie de poser/se poser des questions très intimes : comment hérite-t-on de l’exil de nos parents, de nos grands-parents ? Comment fonctionne notre mémoire à nous qui n’avons pas vécu l’exil et qui
pourtant le ressentons ?

On apprend qu’il y aurait, d’un côté, la mémoire de ce qu’on a vécu. Ce dont on garde mémoire précisément pour l’avoir éprouvé. De l’autre, une mémoire transmise d’événements, de sensations, de temps, antérieurs à nous-mêmes et dont pourtant nous sommes les légataires. Or, il apparaît que nous sommes bien composés, agis, déterminés, hantés par ces deux mémoires. L’héritage et le vécu se mêlant indistinctement.

La mémoire permet d’acquérir des informations, de les conserver et de les récupérer au moment opportun. Mais il y a l’envers du médaillon : l’oubli, renforcé par le passage du temps. Mémoire et oubli fonctionnent bel et bien ensemble.
Si la mémoire n’est pas une chose fixe, si elle se façonne, si elle possède sa plasticité, si elle est mouvement, l’oubli aussi. Loin de représenter deux fonctions antagonistes, ils partagent au contraire les mêmes objectifs : gérer de façon optimale la montagne de souvenirs qu’engendre la vie.

Dans l’Énéide de Virgile, le héros passe son temps à rappeler sa quête : fonder Rome, la nouvelle Troie, de façon obsédante. Mais il passe un temps conséquent à raconter son histoire, sa fuite, son errance. Le fabuleux poème nous offre une matière élémentaire. Comme une entreprise d’excavation, Énée permet de toucher une sorte de mythologie que nous portons en nous. Une mythologie irrationnelle, faite d’images, de sensations, comme si l’on s’approchait d’un rêve.

Nous tenterons de dessiner des cartes aux frontières mouvantes que sont celles de la mémoire à travers un voyage non exhaustif entre l’Énéide et les contributions récentes que la philosophie et la neuropsychologie ont formalisé. La rencontre de scientifiques nous permettant notamment d’appréhender les différents processus dont les neurobiologistes s’appliquent à décrire la physiologie intime. Enregistrant des voix, nous prendrons des bribes d’aveux, de nostalgies, de formations d’espoirs, d’évidentes réussites afin de dessiner les mythes et les mythologies inconscients et collectifs de notre mémoire de l’exil. Faisant nôtre cette considération de Virgile sur le « voyage inépuisable », l’exil qui se perpétue tant qu’il est raconté, et qui se transmet autant dans ses silences que dans ses explications.

Entre le travail de traduction méticuleux du latin, il s’agira parfois de s’éloigner du texte pour en rendre toute sa puissance orale, son incroyable souffle épique. Nous procéderons comme des scénaristes, tissant, récoltant, montant les séquences du spectacle au gré des rencontres et des répétitions. De telle sorte de donner à ressentir par la forme-même de la pièce un « rapport au fonctionnement de la mémoire » : à son incroyable énergie d’invention et de résilience.

Kevin Keiss