(…)
3 questions à…

3 questions à l’Hôpital Gérard Marchant

Le Centre hospitalier Gérard Marchant et le ThéâtredelaCité ont entamé une collaboration depuis trois saisons proposant aux patient.e.s de plonger dans l’univers du spectacle vivant : suivis de création, spectacles, rencontres avec les équipes artistiques au théâtre ou à l’hôpital ou encore interventions artistiques dans le cadre d’ateliers.

Quels sont les enjeux de l’ouverture culturelle pour un établissement hospitalier psychiatrique ?

Depuis plusieurs années, l’Hôpital Marchant construit des projets avec des institutions culturelles majeures comme le ThéâtredelaCité, les Abattoirs ou le musée des Augustins. L’un des principaux objectifs de ces partenariats est de lutter contre la stigmatisation qui touche lourdement les personnes présentant un handicap psychique, mais aussi les établissements psychiatriques. Avec le ThéâtredelaCité, nous avons pu concrétiser différents projets, comme un parcours en plusieurs temps au sein du théâtre, ou encore la représentation d’une pièce au sein de l’hôpital — Racontars arctiques cette saison. Ces différents programmes s’inscrivent parfaitement dans la volonté d’ouverture et de dynamique en réhabilitation psychosociale du Centre hospitalier Gérard Marchant.

Qu’apporte cette ambition aux patient.e.s ?

Les patient.e.s intériorisent souvent les stéréotypes et les préjugés de la société qui sous-tendent la stigmatisation. C’est ce que l’on appelle l’autostigmatisation. Celle-ci a un impact très négatif sur l’estime de soi, le sentiment d’efficacité personnel, la motivation, la qualité de vie et donc sur le processus de rétablissement. Ce type de programme lutte efficacement contre ce phénomène comme ont pu le montrer de nombreuses études et expériences américaines, britanniques et canadiennes. La culture peut être un levier fort pour améliorer le bien-être des personnes présentant un handicap psychique.

Et aux personnels soignants ?

Travailler avec des partenaires autres que sanitaires nous oblige à nous renouveler et à nous décentrer de nos pratiques habituelles dans une démarche de réhabilitation psychosociale. Cette altérité est riche de créativité et indispensable pour concrétiser, améliorer l’inclusion et le rétablissement des patient.e.s.

Entretien avec le Docteur Emmanuel Gallet,
psychiatre responsable du Centre recours en réhabilitation psychosociale de l’Hôpital Gérard Marchant

 
Spectacles et événements liés