(…)
10 – 11 octobre 2019
 

Henrietta Lacks

Mise en scène
Anna Smolar
Spectacle présenté lors de
La Biennale

Représentations

Jeu. 10 oct. 2019
21h00
Ven. 11 oct. 2019
19h00
* Représentations scolaires

Distribution

Mise en scène
Anna Smolar
Spectacle présenté lors de
La Biennale
Avec
Marta Malikowska Sonia Roszczuk Maciej Pesta Jan Sobolewski / Bartosz Bielenia
Texte
Anna Smolar Marta Malikowska Maciej Pesta Sonia Roszczuk Jan Sobolewski
Collaboration dramaturgique
Piotr Gruszczyński
Décors, costumes
Anna Met
Musique
Natalia Fiedorczuk-Cieślak
Lumières
Rafał Paradowski
Chorégraphie
Jan Sobolewski & ensemble
Coiffures
Marek Nowak
Traduction française
Margot Carlier

Coproduction
Nowy Teatr, Centrum Nauki Kopernik (Copernicus Science Centre)

Partenaire
Fundacja Onkocafe – Razem Lepiej

Coordination de tournée – France : Sens Interdits

Informations

Le CUB
Durée 1h
À partir de 15 ans

En polonais, surtitré en français


Spectacle présenté lors de La Biennale

 

Saison 2019-2020
La Biennale
Théâtre

Résumé

Les créateurs de cette performance restaurent la mémoire de la femme derrière l’abréviation HeLa. Ce sont ces cellules immortelles – les siennes – qui ont permis de véritables avancées dans la recherche scientifique. Les cellules sont encore en vie bien qu’Henrietta Lacks ne soit plus là. Les auteurs de la pièce ont organisé une réunion fictive de personnes liées aux cellules HeLa. Ils donnent la parole à ceux qui ont été sacrifiés, expulsés et exclus du magnifique monde du progrès. La pièce pose des questions sur la nature des expériences sur les êtres humains, les phobies sociales liées au progrès et les transgressions commises par la science. La performance s’appuie sur les rencontres des artistes avec le monde de la science, de la médecine et de la bioéthique. Le texte a été développé collectivement par les acteurs et la metteure en scène et est basé sur des faits scientifiques et biographiques. Les cellules HeLa permettaient jadis aux scientifiques de réaliser le fantasme de l’immortalité, ne serait-ce que pour un instant. Les générations futures vivront-elles pour toujours ?