UniverCité / L’Asymétrie des baratinsThéâtredelaCité

(…)
8 décembre 2022 20:00
 

UniverCité / L’Asymétrie des baratins

Conférence dessinée
Écriture et performance
Nicola Delon et Benoît Bonnemaison-Fitte
Mise en scène
Ronan Letourneur

Représentations

Jeu. 8 déc. 2022
20h00
* Représentations scolaires

Distribution

Écriture et performance
Nicola Delon et Benoît Bonnemaison-Fitte
Mise en scène
Ronan Letourneur

Production Encore Heureux

Coproduction ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie ; Malakoff scène nationale – Théâtre 71 ; EPCC Espace des Arts – scène nationale Chalon-sur-Saône ; Derrière Le Hublot – scène conventionnée d’intérêt national – art en territoire ; Scènes Croisées – scène conventionnée de Lozère

Avec le soutien du CENTQUATRE-PARIS ; de l’École urbaine de Lyon et de Julien Choppin

Accueil en répétitions Compagnie 111 – Aurélien Bory ; La nouvelle Digue – Toulouse

Informations

Le CUB

Durée 1h suivi d’un échange avec le public

Spectacle présenté dans le cadre d’UniverCité

Saison 2022-2023
En famille
Entrée(s) Libre(s)
Performance
Théâtre

Résumé

Difficile d’affronter l’urgence lorsqu’elle nous arrive exclusivement sous la forme de rapports alarmistes, de données chiffrées ou d’images effroyables de banquises rachitiques et de forêts emportées par les flammes. Répondre à la crise écologique passe aussi par l’imaginaire.
L’architecte Nicola Delon et le peintre Benoît Bonnemaison-Fitte sont bien décidés à ne laisser ce terrain-là ni aux blockbusters catastrophistes ni aux théoriciens de l’effondrement. Dans la filiation de leur exposition-manifeste Énergies Désespoirs, ils créent L’Asymétrie des baratins sous le regard du metteur en scène Ronan Letourneur. Une conférence dessinée pour mettre en récit les initiatives collectives, locales et citoyennes qui s’inventent. Si l’eau est désormais cotée en bourse, certains s’ingénient à donner des droits juridiques aux fleuves. Habiter le trouble est possible : certains le font déjà.

Journal

Dossiers et reportages

Conférence dessinée

Publié le 2 décembre 2022

Comment continuer à construire quand tout vacille ? Comment investir émotionnellement de nouveaux récits quand sont en jeu les conditions d’habitabilité de l’espèce humaine sur Terre ?

Note d’intention

Quand les mégafeux succèdent aux inondations, quand les pollutions s’ajoutent aux pénuries, quand la biodiversité disparaît comme neige au soleil sous un climat qui entre en ébullition, difficile de ne pas vivre dans l’inquiétude et le trouble. Les alertes écologiques se multiplient à un point tel que l’habitabilité de la terre pour tous les êtres humains paraît compromise. Dès 2050, des territoires entiers seraient inhospitaliers. Si l’on refuse les scénarios effondristes et les illusions farfelues, que faire ? Par où commencer ? Nous avons décidé de mettre de l’ordre dans nos désespoirs, en organisant le pessimisme comme le proposait Walter Benjamin. Puis nous avons collectionné les énergies de celles et ceux qui luttent, inventent et réparent le monde.
Pour partager nos recherches, nous avons choisi la peinture. Chaque image construite collectivement s’appuie sur des réalités scientifiquement documentées. La couleur face au noir et blanc : soixante énergies adossées à soixante désespoirs. Et au milieu, des extraits de la clameur qui gronde, les slogans des manifestations citoyennes réclamant plus de justice climatique. Vous êtes libres de parcourir cette forêt. Vous y perdre peut-être. Trouver un chemin entre abîmes et utopies. Contribuer à votre tour en partageant vos énergies ou vos désespoirs. Et enrichir ainsi les imaginaires de résistance.

Nicola Delon et Julien Choppin Encore Heureux
Michel Lussault et Valérie Disdier École urbaine de Lyon
Bonnefrite