D’autres famillesThéâtredelaCité

(…)
À venir
 

D’autres familles

(titre voué à disparaître)
Écriture et mise en scène
Estelle Savasta
Spectacle accompagné par le
ThéâtredelaCité

Distribution

Écriture et mise en scène
Estelle Savasta
Spectacle accompagné par le
ThéâtredelaCité
Avec
Olivier Constant, Valérie Puech et 4 autres interprètes
Lumières
Léa Maris
Scénographie, costumes, son, régie générale ...
en cours
Production, diffusion
Laure Félix, Fanny Spiess

Production Cie Hippolyte a mal au cœur

Coproductions et soutiens en cours Centre Dramatique National de Normandie-Rouen, NEST – CDN transfrontalier de Thionville-Grand Est, ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie, Maison de la Culture de Bourges scène nationale, CCAM scène nationale de Vandœuvre-lès-Nancy, Théâtre des Quartiers d’Ivry CDN du Val-de-Marne, Théâtre + Cinéma Scène nationale Grand Narbonne, Théâtre d’Angoulême scène nationale

La compagnie Hippolyte a mal au cœur est conventionnée par la DRAC Île-de-France – ministère de la Culture.

Création en novembre 2024 au CDN de Normandie-Rouen

Informations

À partir de 15 ans

Saison À venir
En famille
Théâtre

Résumé

Il y a longtemps que je cherche à écrire sur l’aide sociale à l’enfance et ses foyers.
Pour des raisons diverses, ce sont des institutions avec lesquelles j’entretiens des liens directs et récurrents.
Il y a longtemps que je cherche à écrire sur l’aide sociale à l’enfance car le sujet me semble crucial tant il questionne la place que nous faisons à notre jeunesse. Ou pas.
Le sort que nous réservons aux enfants perdus de la nation.
Et plus largement encore ce qui est mis en place pour lutter contre tous les mécanismes du déterminisme social. Ou pas.
Mais le théâtre que j’écris depuis quinze ans n’est pas un théâtre documentaire.
Ce n’est pas un théâtre militant et, sur ce sujet-là, je ne voyais pas comment faire autrement.
Ce théâtre-là n’est définitivement pas mon endroit, alors j’ai tourné, tourné longtemps, mais l’écriture toujours s’est cabrée.
Je crois que dans ce qui se cabrait aussi il y avait le courage que je n’ai plus pour traverser la noirceur.
Depuis ce que nous venons de vivre collectivement, je ressens profondément à quel point j’ai besoin d’entendre, de voir, d’écrire des histoires qui donnent de la force.
Et il faut bien admettre que ces histoires en donnent peu.