(…)
3 – 12 février 2021
 

De ta force de vivre

Un "seule en scène" écrit, interprété et mis en scène par
Marie-Ève Perron – Fille/de/Personne (Québec)
Spectacle accompagné par le
ThéâtredelaCité

Représentations

Mer. 3 févr. 2021
19h00
Jeu. 4 févr. 2021
21h00
Ven. 5 févr. 2021
19h00
Lun. 8 févr. 2021
19h00
Mar. 9 févr. 2021
19h00
Mer. 10 févr. 2021
21h00
Jeu. 11 févr. 2021
19h00
Ven. 12 févr. 2021
21h00
* Représentations scolaires

Distribution

Un "seule en scène" écrit, interprété et mis en scène par
Marie-Ève Perron – Fille/de/Personne (Québec)
Spectacle accompagné par le
ThéâtredelaCité
Assistanat à la mise en scène
Emanuelle Kirouac
Regard extérieur – Québec
Rachel Graton
Regard extérieur – France
Valérie Puech
Scénographie
Alban Ho Van
Composition et conception sonore
Alexander MacSween
Conception lumière
Martin Sirois

Production
Fille/de/Personne

Coproduction
ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie

Informations

Salle de répétition
Durée estimée 1h20

Saison 2020-2021
Création
Créé cette saison
Premières françaises
Théâtre

Résumé

Bonjour.

Mon père est mort. Et… ben oui : ça fait partie de la vie. Ça arrive tous les jours des pères qui meurent. Ça arrive tous les jours, oui, depuis que le monde est au monde. Et quand il est mort, j’étais pas une enfant. Et il était malade. Pis ça a été une longue agonie. Alors… tsé. Mais le deuil est une drôle d’affaire. Une bestiole difficile à attraper. Et dont on parle peu. Je pense. Il me semble. Ou alors avec beaucoup de pudeur. Tant et tant qu’on se retrouve souvent un brin surpris. Par cet après. Oui. Les hauts. Les bas. L’industrie de la mort. Les formulaires à remplir. Tous les machins-trucs gouvernementaux à faire. Et les cercueils à vendre. Pis l’entourage qui parle plus fort d’un coup. Comme intimidé par le chagrin. Et puis, les situations absurdes. Les malaises vertigineux. Les plongées dans les souvenirs. Des moments de nostalgie crasse qui viennent te mordre au cou. Et puis se sentir fragile. Égarée. Ébranlée. Vouloir continuer de vivre, mais plus savoir comment… exactement. Entendre des « j’ai pas peur de la mort », mais voir tout le monde qui course à sa jeunesse. Se sentir fatiguée. Écœurée.
Arrêter tout.
Décider de poser des questions. De lire des affaires. Pour tenter de comprendre. Trouver du sens.
Puis.. écrire.
Espérer le meilleur. Et appeler ça… « De ta force de vivre »

Marie-Ève Perron

© Hans Christian Andersen

Présentation

https://youtu.be/WPhUfINJm-I