(…)
11 – 14 janvier 2022
 

Antoine et Cléopâtre

Texte
William Shakespeare
Traduction
Irène Bonnaud en collaboration avec Célie Pauthe
Mise en scène
Célie Pauthe

Représentations

Mar. 11 janv. 2022
19h30
Mer. 12 janv. 2022
19h30
Jeu. 13 janv. 2022
19h30
Ven. 14 janv. 2022
19h30
* Représentations scolaires

Distribution

Texte
William Shakespeare
Traduction
Irène Bonnaud en collaboration avec Célie Pauthe
Mise en scène
Célie Pauthe
Avec
Guillaume Costanza Maud Gripon Dea Liane Régis Lux Glenn Marausse Eugène Marcuse Mounir Margoum Mahshad Mokhberi Mélodie Richard Adrien Serre Lounès Tazaïrt Assane Timbo Bénédicte Villain
Collaboration Artistique
Denis Loubaton
Scénographie
Guillaume Delaveau
Costumes
Anaïs Romand
Lumières
Sébastien Michaud
Son
Aline Loustalot
Assistanat à la mise en scène
Antoine Girard
Stagiaire assistante à la mise en scène
Juliette Mouteau
Stagiaire création sonore
Jehanne Cretin-Maitenaz
Ingénieur concepteur du décor
Hervé Cherblanc
Construction du décor
David Chazelet Franck Deroze Dominique Lainé Antoine Peccard
Peinture décor
Ingrid Carré Alissia Blanchard Sylvie Mitault
Réalisation costumes
Florence Bruchon Pauline Faivre Marine Gressier Valentina Fici Pauline Kocher Anne Leray assistées en stage par Lila Godeberge
Réalisation accessoires
France Chevassut Valentina Fici
Régie générale
Jean-Michel Arbogast
Régie plateau
Hervé Bailly David Chazelet Christian Beaud Mathieu Lontananza
Régie lumière
Adèle Grandadam
Régie son
Mélissa Vieille
Régie costumes
France Chevassut Marine Gressier
Habillage
Odile Chosson Anne Darot assistées en stage par Inès Fernandez

Production
CDN Besançon Franche-Comté

Soutien
La Maison Louis Jouvet ; ENSAD (École Nationale Supérieure d’Art Dramatique de Montpellier Languedoc-Roussillon)

Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National.

Informations

La Salle
4h


TARIF A

Saison 2021-2022
Créé ici
Nouveau 21-22
Théâtre

Résumé

D’un côté, Antoine et Cléopâtre, couple dont l’alliance est faite d’excès, de passion érotique et de narcissisme flamboyant ; de l’autre, le jeune Octave, futur empereur Auguste, qui veut faire régner sur un monde unifié, l’ordre, la mesure et la stabilité.

Célie Pauthe retrouve Mélodie Richard et Mounir Margoum, parmi une troupe de treize comédien·ne·s et musiciennes, pour plonger dans cette oeuvre aussi exubérante que crépusculaire. Au-delà des derniers éclats d’une civilisation, Shakespeare explore le rêve fou de deux êtres qui ont cru qu’ils pourraient redessiner un monde où les notions mêmes d’Orient et d’Occident n’existeraient plus, mais se fondraient en une même hybridité originelle, indémêlable.

Poème

Le dieu abandonne Antoine

Quand soudain, à minuit, tu entends
Sans la voir une troupe de comédiens passer,
Avec ses musiques splendides, ses voix –
Sur ta bonne étoile qui s’éclipse, sur tes travaux
Qui ont échoué, sur les plans de ta vie
Qui s’avèrent tous faux, ne te lamente pas en vain.
Comme si tu étais prêt depuis longtemps, comme un brave,
Fais-lui tes adieux, à elle, l’Alexandrie qui s’en va.
Surtout ne te moque pas de toi-même, ne dis pas que c’était
Un rêve, que tu as mal entendu :
Ne t’abaisse pas à de vains espoirs de ce genre.
Comme si tu étais prêt depuis longtemps, comme un brave,
Comme ça te ressemble, à toi qui t’es montré digne d’une telle ville,
Approche-toi fermement de la fenêtre
Et écoute avec émotion, mais pas
Avec les «s’il te plaît !», les «quel malheur !» des lâches,
Plutôt comme une dernière jouissance, les sons,
Les instruments splendides de cette troupe secrète,
Et fais-lui tes adieux, à elle, l’Alexandrie que tu perds.

 

Le dieu abandonne Antoine – Constantin Cavafy.
Traduit du grec par Irène Bonnaud.

Extraits

Antoine et Cléopâtre – Shakespeare

Scène 1, Acte 1

Démétrius
Non vraiment, notre général est gâteux,
Ça déborde la mesure : ces yeux qu’il avait – superbes ! –
Quand il passait les troupes en revue
Étincelants comme l’armure de Mars…
Maintenant ils se baissent, maintenant ils tournent
Devoir et dévotion de leurs regards
Vers un front tanné ; son cœur de capitaine
Qui, au milieu des grands combats,
Au corps à corps avec l’ennemi, faisait craquer
Les boucles de sa cuirasse, oublie toute retenue
Et s’est changé en soufflet et éventail
Pour refroidir les chaleurs d’une garce d’Égypte.
Observez bien, et vous verrez en lui
Un des trois piliers du monde transformé
En bouffon d’une putain.
Contemplez et voyez.

Cléopâtre
Si c’est vraiment de l’amour, dis-moi : combien ?

Antoine
Misérable l’amour qui peut être compté.

Cléopâtre
À moi de fixer la borne jusqu’où être aimée.

Antoine
Alors tu devras trouver un nouveau ciel et une nouvelle terr

 

Traduit par Irène Bonnaud.

En quelques mots…

Fresque romanesque
Grand format
Amour impossible
Mosaïque
Liste
À voir aussi