(…)
9 – 27 novembre 2021
 

IvanOff

Un projet de
Galin Stoev
De
Fredrik Brattberg d’après Ivanov d’Anton Tchekhov
Traduction
Finn Wilhelm Mathiesen
Spectacle produit par le
ThéâtredelaCité

Représentations

Mar. 9 nov. 2021
21h00
Mer. 10 nov. 2021
21h00
Jeu. 11 nov. 2021
19h30
Ven. 12 nov. 2021
20h30
Sam. 13 nov. 2021
18h30
Mar. 16 nov. 2021
20h30
Mer. 17 nov. 2021
19h30
Jeu. 18 nov. 2021
19h30
Ven. 19 nov. 2021
20h30
Sam. 20 nov. 2021
18h30
Dim. 21 nov. 2021
15h30
Mar. 23 nov. 2021
20h30
Mer. 24 nov. 2021
19h30
Jeu. 25 nov. 2021
19h30
Ven. 26 nov. 2021
20h30
Sam. 27 nov. 2021
18h30
* Représentations scolaires

Distribution

Un projet de
Galin Stoev
De
Fredrik Brattberg d’après Ivanov d’Anton Tchekhov
Traduction
Finn Wilhelm Mathiesen
Spectacle produit par le
ThéâtredelaCité
Avec
Yoann Blanc Idir Chender Sébastien Eveno – comédien permanent associé au projet de direction de la Comédie - CDN de Reims Nicolas Gonzales Julie Julien Millaray Lobos García
Mise en scène
Galin Stoev
Scénographie
Alban Ho Van
Vidéo
Arié van Egmond
Lumières
Elsa Revol
Son et musique
Joan Cambon
Costumes
Nathalie Trouvé
Assistanat à la mise en scène
Virginie Ferrere
Réalisation du décor dans les
Ateliers de construction du ThéâtredelaCité sous la direction de Michaël Labat
Réalisation des costumes dans les
Ateliers du ThéâtredelaCité sous la direction de Nathalie Trouvé
Directeur technique
Jean-Marc Boudry
Régisseur général
Léo Thévenon
Régisseur plateau
Christophe Gagey
Machiniste
Mélanie Feuillerat
Régisseur lumières
Michel Le Borgne
Électricien
Didier Barreau
Régisseur vidéo
Damien Bienabe
Régisseur son
Robin Chollet
Habilleuse
Sabine Rovere

Production
ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie ; Fredrik Brattberg est représenté par L’Arche, agence théâtrale.

Coproduction
La Comédie, centre dramatique national de Reims ; Théâtre de Liège ; DC&J Création

Avec le soutien du Tax Shelter du Gouvernement fédéral de Belgique et de Inver Tax Shelter

Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National

Informations

La Salle
Durée estimée 1h45


TARIF A


Représentation avec audiodescription le jeudi 25 novembre à 19h30

Réalisation Dune Cherville

Saison 2021-2022
Créé ici
Créé à Toulouse
Nouveau 21-22
Théâtre

Résumé

Un grand intellectuel russe a dit un jour, que si tu es déprimé tu ne vas pas te plonger dans Tolstoï ou Dostoïevski, mais tu vas plutôt relire Tchekhov. A l’époque cela m’est apparu très juste, mais je ne pouvais pas expliquer pourquoi.
Le projet IvanOff est né de cette incompréhension. Il me fallait une autre entrée vers Tchekhov, un autre espace de jeu où je pouvais peut-être résoudre quelque chose et faire face, non pas forcément à l’auteur, mais plutôt à ce qu’il suscitait chez moi en me chuchotant à l’oreille les rêves et les fiascos de ses personnages.
Galin Stoev – Mai 2020

Journal

Dossiers et reportages

DOSSIER : IVANOFF (ENTRETIENS)

Publié le 22 septembre 2021

On s’est lancé·e·s dans une véritable recherche expérimentale. Dans le texte de Fredrik Brattberg, Ivanov offre des marionnettes à Sacha pour son anniversaire. Nous nous sommes donc posé·e·s la question de ces marionnettes, voir si elles ne pouvaient pas être virtuelles et ainsi travailler avec des avatars, plutôt qu’avec des marionnettes physiques. L’équipe trouvait l’idée très excitante ! Comme c’est quelque chose que nous ne savions pas faire au théâtre, le ThéâtredelaCité nous a proposé un temps de recherche. C’est un terrain complètement vierge, ce qui est vraiment passionnant. C’est plutôt concluant alors nous continuons sur cette piste ! L’idée est d’implémenter le jeu des acteur·rice·s dans les attitudes des avatars. Des systèmes de reconnaissance faciale permettent une complète interaction entre les acteur·rice·s et leur avatar, ainsi la parole, les mouvements et les déplacements des acteur·rice·s peuvent être repris par leur avatar. C’est intéressant d’avoir ce type d’exploration et surtout de voir comment les comédien·ne·s se l’approprient, car l’idée est avant tout de faire du théâtre !

Travailler avec des avatars, plutôt qu’avec des marionnettes physiques, une idée très excitante !

Dossiers et reportages

DOSSIER : IVANOFF (ENTRETIENS)

Publié le 22 septembre 2021

Que représente Ivanov pour vous ?
Comme Hamlet, Ivanov est un personnage qui n’agit pas, ce qui me fascine aussi bien d’un point de vue philosophique que personnel. Comme de nombreux existentialistes, je trouve la réflexion sur la naissance d’une action très intéressante. Est-il possible d’aller jusqu’au bout d’une pensée pour ensuite agir, ou l’action vient-elle d’abord et les pensées après, de manière à rendre légitime ce que l’on vient de faire ? Je suis également fasciné par la manière dont Ivanov semble être entré dans une autre dimension. Ivanov se place loin du monde réel, loin de l’action, mais il est en même temps en contact avec quelque chose de différent et peut-être de plus grand.

Le fait de réécrire ce chef-d’oeuvre de théâtre est un défi important, qu’est-ce qui vous a motivé dans ce projet ?
L’invitation de Galin à participer à ce projet a provoqué chez moi, je dois l’avouer, une profonde réflexion. Je devais trouver l’indispensable connexion entre ma façon d’écrire et cette pièce. J’ai un parcours de compositeur et mon écriture prend sa source dans la composition de musique, pour laquelle les répétitions constituent l’ingrédient formel essentiel. En tant qu’auteur dramatique, je travaille avec des schémas de répétition dans lesquels je laisse les mêmes scènes revenir avec des petits changements. Après plusieurs lectures d’Ivanov, je me suis tout d’un coup rendu compte de quelque chose finalement d’assez évident – le personnage d’Ivanov comporte un élément de répétition : il est toujours la même personne qui n’agit pas et les mêmes scènes reviennent en quelque sorte, tout simplement parce qu’il n’arrive pas à résoudre le conflit qui s’y joue. Les problèmes d’Ivanov reviennent comme des mélodies dans une symphonie. D’autre part, comme je l’ai déjà évoqué, on a l’impression qu’Ivanov est passé dans une autre dimension. Dans IvanOff, Ivanov n’arrive même pas à aller au bout de la pièce dont il est le personnage principal, il la quitte pour rejoindre une troisième pièce. La forme et le sens se rejoignent ici et justifient pour moi le fait de réécrire Ivanov.

À quoi ressemble votre IvanOff ?
C’est la pièce de Tchekhov entièrement dépouillée. Les dialogues sur le passé des personnages et leur petit monde et toutes les blagues classiques de Tchekhov ont été enlevés. Restent Ivanov et ses relations avec les autres personnages. La pièce est divisée en quatre actes et, dans chaque acte, je prends des éléments de la pièce de Tchekhov que je répète pour faire apparaître l’essentiel de chaque acte. Je m’évertue à ce que la forme de chaque acte épouse le sens, c’est-à-dire que la forme crée le sens et que le sens crée la forme – je recherche ce processus dans toutes mes oeuvres dramatiques. D’autre part, ce que j’aime beaucoup chez Tchekhov, est le fait qu’il peut être tragique à un moment, puis comique la seconde d’après sans que le public ait l’impression que la pièce change de registre. Je m’efforce de garder cet aspect dans IvanOff. J’ai le sentiment que la pièce oscille en permanence entre le tragique et le comique, laissant le choix aux acteur·rice·s à tout moment de basculer d’un côté ou de l’autre.

Fredrik Brattberg a 43 ans et est entré dans l’écriture dramatique par la musique. Récit par cet écrivain traduit dans une vingtaine de langues, du pourquoi et du comment de cette création d’IvanOff.

Dossiers et reportages

DOSSIER : IVANOFF (ENTRETIENS)

Publié le 22 septembre 2021

Que représente Ivanov pour vous ?
Le théâtre de Tchekhov constitue un rituel, c’est l’épreuve du feu pour les jeunes comédien·ne·s. À cet âge, on s’identifie à des personnages comme Nina ou Treplev. Mais en vieillissant, les textes de Tchekhov ont continué de m’émouvoir. Pour moi, cet auteur est un médecin qui dissèque l’être humain, dans sa beauté et sa laideur, et parle en même temps de l’état général du monde. Le personnage d’Ivanov, plus particulièrement, est perçu comme le « Hamlet russe » pour moi. Un personnage pris dans ce qu’on appelle aujourd’hui dépression, incapable d’agir malgré sa grande lucidité, incapable de se relier au monde extérieur.

Pourquoi avez-vous passé commande d’une réécriture à Fredrik Brattberg ?

Au départ, je voulais travailler sur le texte originel. Puis, j’ai compris qu’il y avait des dimensions du texte que je voulais plus particulièrement développer, d’autres que je voulais effacer. J’avais rencontré Fredrik Brattberg à la Colline par la mise en lecture d’un de ses textes, Retours. Et j’avais lu d’autres de ses textes ensuite. Je cherchais un complice, quelqu’un avec qui échanger sur le texte et créer une forme qui vienne du futur plutôt que du passé.

Comment avez-vous procédé ?

Nous avons passé un grand nombre d’heures à parler sur Skype. On a commencé pendant le confinement alors que le monde entier était mis à l’arrêt, avec comme point de départ l’état de ce personnage qui fait écho à l’état du monde actuel. Puis, j’ai partagé à Fredrik mon amour pour Tchekhov qui révèle nos faiblesses au grand jour avec tant de bienveillance. On a aussi parlé de la dimension comique chez Tchekhov qui n’est jamais facile à appréhender. On s’est demandé comment raconter cette histoire dans une époque contemporaine. Et Fredrik m’a parlé de sa manière d’écrire, avec des thèmes récurrents et des fantaisies, de ses textes qui sont comme des partitions musicales. Son style aussi très dépouillé, avec des situations très simples. Chez Tchekhov, les personnages s’épanchent beaucoup, tandis que Brattberg pratique la logique de l’haiku et te dit tout et rien à la fois.

Au final, quelles sont les grandes caractéristiques
de cet IvanOff ?

Quand j’ai reçu le texte, je n’ai pas saisi tout de suite. J’ai commencé à le comprendre grâce à la première session de répétition de trois semaines avec les interprètes au printemps 2021. Fredrik écrit en créant des sortes de cartes géographiques de l’état physique et émotionnel de chacun des personnages. Son texte est une cartographie où figurent des points à relier. Et c’est au metteur en scène et aux comédien·ne·s de constituer ces liens. Le texte de Tchekhov et celui de Brattberg sont assez éloignés, mais tout ce qui est de l’ordre de la vacuité chez Brattberg pourrait être nourri de ce que Tchekhov avait écrit dans son texte. Là où Tchekhov est dans le réalisme, Brattberg crée des mondes parallèles, à la David Lynch ou à la Lewis Carroll, tout en respectant de près le texte source.

Avec la trame de la pièce de Tchekhov et l’écriture de Fredrik Brattberg, célèbre auteur norvégien, Galin Stoev plonge Ivanov, le « Hamlet russe », dans un futur où l’on pourrait vite basculer. Explications avec Galin Stoev

Dossiers et reportages
Publié le 22 septembre 2021

Il est encore difficile de mesurer l’impact qu’aura durablement sur nos vies la pandémie de la Covid-19 et de pouvoir dire ce qui a le plus modifié nos habitudes quotidiennes, nos façons de travailler, nos loisirs et nos priorités personnelles. Le monde de la culture a, comme les autres, été touché de plein fouet, théâtres fermés et équipes confinées. Pour autant cette année écoulée dans un lieu comme le ThéâtredelaCité sans pouvoir accueillir de spectateur·rice·s n’a paradoxalement pas eu que des conséquences désastreuses.
De confinements en mises à l’arrêt, d’espoirs de reprise en reports de calendrier, la création ne s’est pas effondrée et elle a su s’organiser pour (re)trouver ses marques. Du laboratoire au plateau, ces nouveaux rythmes ont façonné de nombreux spectacles du premier trimestre, auxquels ils donnent une identité particulière

Reportage inCUBateur créatif

Un mélange improbable entre Tchekhov, David Lynch et Lewis Caroll. Un OVNI de demain qui nous parle de notre passé, de Tchekhov et de ses personnages, parfois tragiques, parfois absurdes, mais toujours touchants et proches de nous.

Avec la trame de la pièce de Tchekhov et l’écriture de Fredrik Brattberg, célèbre auteur norvégien, Galin Stoev plonge Ivanov, le « Hamlet russe », dans un futur où l’on pourrait vite basculer. Un grand intellectuel russe a dit un jour que si tu as le cafard, tu ne vas pas te plonger dans Tolstoï, encore moins dans Dostoïevski, mais relire Tchekhov ! Il était médecin et avait un regard tranchant, plein de discernement et de tendresse envers l’homme ordinaire.
Dans Ivanov, qui est l’une de ses premières pièces, il nous raconte l’histoire d’un propriétaire terrien qui rêve de changer le monde et qui partage des idées progressistes. Mais, envahi par la mélancolie et la dépression, il inquiète son entourage qui essaie par tous les moyens de le ramener vers la vie. Est-il possible de revenir à un mode de vie qui n’existe plus ? Est-il possible de revenir à un moment de notre passé où l’on était heureux ? IvanOff raconte presque la même histoire, mais avec de nouveaux éléments. Un virus circule dans le monde entier. Les gens cherchent à s’en protéger, sauf Ivanov, non pas par courage ou par désintérêt, mais parce qu’il est désespéré. Il est dans un état de détresse et de lucidité assez comique, tellement il est radical. Il se tient entre un passé qui ne peut plus donner de sens au présent et un futur impossible à imaginer. Cette stupeur, j’ai l’impression de l’avoir vécue et, certainement vous aussi, pendant cette pandémie. C’est à ce moment-là que je me suis adressé à Fredrik Brattberg, un auteur contemporain norvégien, complètement « fou » et extrêmement drôle. Fredrik est aussi compositeur et écrit d’une manière très intéressante. Comme des partitions de musique, ses textes ont des thèmes qui reviennent et des sons en boucle qui produisent de l’absurde et beaucoup d’humour. Sur scène, de vrai.e.s comédien.ne.s, vivant.e.s, cohabiteront avec des avatars numériques. Ici, la vidéo devient, un peu comme la lumière, le son et les comédien.ne.s, une facette de cet objet très étrange.
Galin Stoev, Septembre 2021

Biographies

Galin Stoev

Metteur en scène

Né en Bulgarie, il est diplômé de l’Académie nationale des arts du théâtre et du cinéma de Sofia et travaille dès 1991 comme metteur en scène et comédien.

Il crée nombre de spectacles, d’abord des auteurs classiques (Corneille, Strindberg, Shakespeare, Eschyle, Büchner, Brecht, Musset, …), pour s’ouvrir peu à peu au répertoire contemporain (Mishima, Harold Pinter, Tom Stoppard, Philip Ridley, Ivan Viripaev…).

En 2005, il est artiste associé au Théâtre de Liège ainsi qu’à La Colline – théâtre national de Paris et en 2007, il commence sa collaboration avec la Comédie-Française.

En 2017, il réalise son premier film, The Endless Garden.

En janvier 2018, il prend la direction du ThéâtredelaCité. En décembre de la même année, il y crée Insoutenables longues étreintes d’Ivan Viripaev, puis en 2019 La DOUBLE inconstance de Marivaux.

Fredrik Brattberg

Auteur

Né en 1978 à Porsgrunn en Norvège, il est auteur et compositeur. Il compte parmi les auteurs dramatiques norvégiens les plus joués, dans le monde entier. Ses pièces de théâtre sont traduites dans une vingtaine de langues.

Il a remporté les prestigieux Prix Ibsen en 2012 et Ferdinand Vanek en 2017.

Certaines de ces œuvres ont été traduites en français : Le Père de l’enfant de la mère ; Les Herbes, la cuisinière, la tasse ; Retours ; Sur la côte sud ; Voyage d’hiver.

Fredrik Brattberg est représenté par L’Arche, agence théâtrale.

En quelques mots…

Réécriture
Vidéo
Drame contemporain
Mosaïque
Liste
À voir aussi