JournalThéâtredelaCité

(…)
Journal
Dossiers et reportages

Ciné-concert

Publié le 2 décembre 2022

Vibrez d’émotions

Dossiers et reportages

Une plongée dans la poésie

Publié le 2 décembre 2022

La création artistique redonne de la liberté et de la vie !

Dossiers et reportages

Ou quand nous en aurons marre de l’art du mamihlapinatapai *

Publié le 2 décembre 2022

À quoi pouvait ressembler le premier clown de toute l’histoire de l’Humanité ? Était-il grimé ? En quelle langue s’exprimait-il ? Avec quels gestes ? Ces questions passionnantes taraudent, depuis longtemps, l’artiste Caroline Obin. Ils∙elles sont sept artistes au plateau, sept clowns mu∙e∙s par une force poétique et sauvage. À la fois monstrueux∙euses et follement attachant∙e∙s, ils∙elles font rejaillir pour nous les premières étincelles, celles d’où naquirent assurément les premiers éclats de rire.

Dossiers et reportages
Publié le 2 décembre 2022

En à peine une semaine, le ThéâtredelaCité présente la danse dans tous ses états actuels, qu’elle soit branchée sur le monde d’aujourd’hui ou s’attache à des questions éternelles, qu’elle soit d’obédience académique ou post-moderne, que le mouvement y soit grossi ou presque invisible à l’oeil nu. Panorama en quatre affiches.

Dossiers et reportages
Publié le 2 décembre 2022

Dans le domaine d’Oncle Vania, ce qui reste d’une famille éclatée se retrouve pour tenter de vivre ensemble et réinventer un futur commun. Galin Stoev s’empare de l’une des oeuvres emblématiques d’Anton Tchekhov et la place dans un futur proche dystopique. Avec humour et une acuité féroce, il offre un passionnant théâtre de l’intime. Désir, ambition, regret, solitude… la nouvelle création du ThéâtredelaCité nous plonge au coeur de la comédie humaine.

Dossiers et reportages

Conférence dessinée

Publié le 2 décembre 2022

Comment continuer à construire quand tout vacille ? Comment investir émotionnellement de nouveaux récits quand sont en jeu les conditions d’habitabilité de l’espèce humaine sur Terre ?

Dossiers et reportages
Publié le 3 novembre 2022

Ariane Mnouchkine attache une importance viscérale à la transmission et au soin qu’une société accorde à sa jeunesse. Au Théâtre du Soleil, pas un jour ne passe sans qu’un groupe d’étudiants, de lycéens, de stagiaires ne soit accueilli par la troupe et accompagné dans leur découverte du théâtre. En 2014, sur le site de Mediapart, Ariane Mnouchkine adressait des voeux pour la nouvelle année. Et s’ils s’adressaient à tous, ils représentaient surtout un appel puissant et plein d’espoir pour la jeunesse… 

Dossiers et reportages
Publié le 3 novembre 2022

Depuis presque de soixante ans, Ariane Mnouchkine remet l’art du théâtre sur le métier. Jamais, elle n’abandonne l’idée d’en explorer les profondeurs, d’en rechercher l’essence. De cette longue expérience, elle nous transmet aujourd’hui certaines de ses réflexions.

Dossiers et reportages
Publié le 3 novembre 2022

La passion du théâtre d’Ariane Mnouchkine s’est révélée lors de son voyage initiatique en Asie en 1963. C’est aussi au cours de cette expédition qu’est née sa fascination pour le Japon dont émerge aujourd’hui L’Île d’Or. Le voyage en Asie ou l’acte fondateur…

Dossiers et reportages

La vie d’Ariane Mnouchkine est intimement liée à l’histoire du Théâtre du Soleil, ce lieu unique au monde qui, depuis plus de soixante ans, partage avec le public sa grande utopie théâtrale. Voici comment a débuté l’épopée…

Publié le 3 novembre 2022

Tous les soirs, juste avant d’aller ouvrir la porte de notre théâtre, je rappelle aux jeunes femmes et jeunes gens qui viennent nous aider à servir les repas des spectateurs : « Mesdames et messieurs, attention, attention, notre théâtre va ouvrir ! » Et quand je suis très gaie, je dis même : « Attention, attention, notre beau théâtre va ouvrir ! » et tout le monde sourit derrière le bar. Quand parfois un événement extérieur nous a angoissé, et Dieu sait si nous avons eu à Paris, ces dernières années, des événements angoissants et cruels, j’ajoute : « Je vous rappelle que nous avons charge d’âmes » et me murmure à moi-même : « comme toujours ».

Avoir charge d’âmes et en être conscient. S’engager à avoir charge des âmes les uns des autres. Ne serait-ce pas, après tout, un projet politique et social, suffisant ? N’est-ce pas ce que « Liberté, Égalité, Fraternité » veut vraiment dire sur les frontons français ?